KEBETU

#Kebetu   kh Thiam
Ce matin en arrivant sur l’avenue Pompidou plus connue sous le nom de Ponty, je m’interroge. Il n’y a pas grand monde. Dakar se réveille.Les marchands ambulants ont le regard ensommeillé, d’autres sont plus agars, un malade mental est couché à moitié dans le caniveau sans doute halluciné, crasseux, seul dans sa folie, abandonne des hommes qui pourtant l’enserrent dans ses troubles….Le sol lui est couvert d’une crasse épaisse qui rend les tomettes du trottoir gris anthracite presqu’ardoise. Les gobelets de café marron se disputent la place avec les sacs en plastiques pourtant interdits au Sénégal…Les traces de pisse et les restes de mollards finissent la déco….J’aurai pu décrire cette avenue autrement…cette avenue qui m’est chère, que j’ai connu en même temps que l’école….L’école elle m’a emmené bien loin, cette avenue adhère a mes semelles et m’empêche de décoller. Elle me crache sa fine couche de crasse qui me couvre d’une seconde peau que tous les soirs je m’échine a enlever a grands renforts d’eau et de frottements…Cette avenue aurait pu être entretenue, lumineuse, centrale, magnifique, aménagée comme tant d’autres rues et avenues du monde…J’aurai pu plastronner, fière de mon pays, fière de tous ces décors…cela arrive parfois mais souvent j’ai honte…honte de ma crasse, honte de ma pauvreté, honte de mes abandons, honte de mon indifférence, honte de ma folie qui s’étale sur mes murs, dans mes rues, honte du spectacle obscène que j’offre a la face du monde…qu’est ce qui nous prend d’accepter de se rouler dans la fange et la crasse? Sommes-nous a ce point mentalement atteints comme cet homme couché? Sommes-nous a ce point perdus dans les limbes du sommeil pour ne pas voir cette désolation? Qu’attendons-nous pour décaper, nettoyer, construire, entretenir et préserver?
Qu’attendons-nous?


#Kebetu  Marieme Thierry
The dark side Dakar, capitale de la teranga abandonnée par ses fils. Orpheline elle tombe en ruine dans les mains de dirigeants opulents. Devenue malade, elle en perd son charme et ses couleurs. Mais jeunesse sénégalaise fera tu quelque chose? relèvera tu ta chère mère qui t’a d’antan bercé ? Disons stop :  Incivisme, Insalubrité et Indiscipline. Il est temps d’agir et de faire son devoir de citoyen.
Ramasser un petit sachet en passant, ne pas jeter les déchets dans les rues… ces petits gestes anodins qui rendront ce pays meilleur. Clamer les autorités ne sert à rien si les actions ne viennent pas d’abord du peuple . Saluons et encourageons les initiatives comme save dakar.

 

#Kebetu  Cécile Thiakane
Dakar suffoque, manque d’air et d’arbres. La gestion des déchets (collecte, tris, recyclage) et les nombreuses sources de pollution ne semblent pas être une préoccupation prioritaire de nos gouvernants. Et pourtant cette pollution à fort impact sur notre environnement, sur le bien être des populations et sur notre santé. Je n’ai pas de données chiffrées sur la corrélation entre celle-ci et l’augmentation de certaines pathologies, mais aucun doute n’est permis que cela cause déjà et causera davantage de gros problèmes de santé publique dans un futur proche…
La gestion de la question environnementale doit être pensée de façon holistique.
#SAVEDAKAR


 

#Kebetu  Dr Massamba GUEYE

(Joola 15ans)

Lettre à un.e naufragé.e
Naufrage Bateau le Joola : 26 septembre 2002-26 septembre 2017
À toi qui es parti dans ce naufrage
À toi qui ce matin là comme Marié Augustine Diattta
À toi qui comme Barbara Lepori
À toi qui Dominzio
À toi qui comme…
Ne verra pas le sourire venu l’accueillir
À quai
À toi dont l’espoir est resté à gué
J’écris cette petite lettre
Ta mort du effroyable
Le vide laisse indescriptible
Nous avions versé des larmes
Dont certaines même de crocodile
Nous célébrons ta mort en défilant
Nous honorons ta tombe sans mémorial
Nous continuons à surchargé nos véhicules
Nous n’avons rien appris de ta mort
Nos routes sont devenues des criminels
Dont les allées sont pavées de cimetières
Nos chantiers sont dans casques
Nos permis souvent négociés
Nous n’avons pas honnêtement évalué
Ce qui a fait chavirer nos coeurs
Ce qui a fait chavirer le Joola
Nous sommes restés
Ce peuple d’évocation
Ce peuple de fatalisme
Qui descend au milieu de la route
Qui fait demi tour sur l’autoroute
Qui achète des médicaments dans la rue
Qui construit des bâtiments sans norme
Qui surcharge des trains
Qui fait des ponts qui s’effondre
Et
Qui
Dit, ndogalu Yàlla la!
C’est la volonté de Dieu.
C’est plutôt de notre irresponsabilité
De notre amnesie
De notre anesthésie collective
Dont je parle.
Paix à vous
espérant que cette lettre te trouve au paradis.
Dr Massamba GUEYE


 

%d blogueurs aiment cette page :